Pour permettre à sa solution de webmapping de contrôler et intégrer automatiquement des plans topographiques d’Eau 17 de manière synchrone, la société Sirap a utilisé FME Server.

Genèse du projet

Dans le cadre de son activité, Eau 17 (anciennement connu sous le nom de Syndicat des Eaux de la Charente-Maritime, SDE 17) réceptionne chaque année plus de 200 km de plans topographiques à soumettre à un contrôle qualité en vue d’une intégration en base de données.

Cette procédure de contrôle qualité avant intégration a été mise en place en 2006 et s’établissait initialement comme suit : dans le cadre d’un marché, les géomètres effectuent les lèves terrain et transmettent à Eau 17 les plans encodés selon un cahier des charges respectant la norme ÉDIGÉO. Un agent Eau 17 contrôle la qualité des lots au regard des exigences du CCTP (cahier des clauses techniques particulières) puis, si validation, active les batchs d’intégration dans le logiciel métier et « réconcilie » les plans nouvellement importés aux plans déjà intégrés. Pour finir, des tâches planifiées hebdomadaires exportent les données en SQL et les réimportent en base de données PostgreSQL/PostGIS. pour exploitation dans le webSIG.

Cette procédure de soumission, contrôle et intégration a été mise en place en 2006 et demandait aux géomètres de transmettre des plans au syndicat qui, quant à lui, dégageait des ressources pour effectuer une vérification puis une insertion en base de données : l’opération prenait environ 2h30 par plan. Une fois le plan validé, il était programmé pour l’intégration dans la base de données PostgreSQL/PostGIS du syndicat à l’occasion d’une tâche planifiée hebdomadaire.

Au début de l’année 2019, Eau 17 a exprimé le besoin d’optimiser cette opération chronophage en automatisant et améliorant les étapes qui la composent. Les plans soumis doivent dorénavant l’être au format Esri Shapefile (et non plus l’historique ÉDIGÉO utilisé jusqu’alors) et répondre à répondre à un nouveau CCTP (incluant un nouveau modèle de données en adéquation avec le PCRS). L’objectif est de mettre en place un outil servant de garde-fou pour le contrôle des données tout en automatisant le processus et en rendant le géomètre plus indépendant.

Pour répondre à ces besoins, Eau 17 souhaitait un interface web et s’est donc tourné vers la solution de webmapping de la société Sirap couplée à la création de traitements FME effectuée par Veremes.

Optimiser le dépôt, le contrôle et l’intégration des données

Sirap est une entreprise de solutions et services à destination des professionnels publics (gestionnaires de réseaux, collectivités…) et privés (notamment dans le domaine du gaz). Son activité couvre le développement et l’édition d’applications métiers et de gestion de réseaux ; la formation et le pilotage de projets. Parmi les solutions applicatives de l’entreprise, X’map est un webSIG destiné à la consultation et l’affichage de flux, la construction topologique, la géolocalisation de documents ou encore l’impression. Pour répondre au besoin de synchronicité d’Eau 17, Sirap a dû ajouter une nouvelle fonctionnalité à X’map. Pour ce faire, l’entreprise s’est orientée vers FME Server, la solution d’automatisation de traitements FME de Safe Software.

La première étape dans ce processus est le dépôt de fichier : l’utilisateur connecté sur X’map lance l’extension de contrôle de plan et téléverse, via un simple glisser-déposer, le fichier .zip contenant le plan au format Esri Shapefile. A ce moment-là, ces fichiers sont chargés sur le serveur pour être contrôlés.

Le contrôle, la seconde étape, se lance via FME Server. Ce dernier est appelé lorsque les fichiers sont déposés sur le serveur : un processus transparent pour l’utilisateur qui ne voit pas l’interface de FME Server car X’map passe par son API REST. Grâce à cela, l’utilisateur n’a pas à s’adapter à une nouvelle interface le temps de l’opération. FME Server va alors appeler les traitements de contrôle de Qualigéo, l’application de contrôle qualité de données développée par Veremes (qui a assuré l’élaboration des schémas de contraintes et des traitements d’insertion en base de données). Le traitement Qualigéo contrôle que le fichier déposé suit bien la charte graphique d’Eau 17 en termes de structure et de types de géométrie dans une couche. Par exemple, nous pouvons vérifier que les attributs et domaines de valeurs d’une couche sont corrects : dans la couche Bâti, on vérifie qu’il y a bien un attribut « Calage » dont la valeur est « Oui » ou « Non ». Nous pouvons aussi vérifier que le type de géométrie dans la couche est bien une ligne, ou une surface, etc.

Si le fichier comporte des anomalies et ne passe pas le contrôle, il est invalidé et l’utilisateur peut consulter le rapport d’erreurs (au format HTML) ainsi que la carte pour prendre connaissance des points à corriger. Il doit alors modifier son plan pour le soumettre à un nouveau contrôle en suivant la même procédure. En cas de contrôle réussi, le fichier est validé et le projet passe dans sa phase finale : l’intégration en base de données.

L’intégration se fait à deux niveaux : premièrement, le plan est ajouté dans une base temporaire et un agent d’Eau 17 peut alors le consulter et effectuer une vérification manuelle et définitive. Deuxièmement, une fois que l’agent a validé le plan, l’intégration se fait aussi grâce à FME Server, et ce toujours de manière transparente : FME Server lance un traitement destiné à intégrer le fichier dans la base de données PostGIS finale.

Des résultats positifs et des plans pour l’avenir

Ce projet d’intégration automatisée des plans topographiques pour Eau 17 a été mis en production en septembre 2019.

Du côté d’Eau 17, cette opération a permis de répondre aux besoins exprimés en délivrant un contrôle et une intégration en temps réel, tout en diminuant le nombre d’acteurs et d’interventions. L’opération est devenue bien moins chronophage : le temps nécessaire pour chaque traitement de plan a été divisé par 5, tout en offrant un processus global plus intuitif et réactif.

Du côté de Sirap, le groupe voit en FME Server une solution pour ouvrir son webSIG à de nouvelles possibilités grâce au lancement de traitements FME de manière synchrone et transparente pour l’utilisateur.

Actuellement, ce projet concerne les plans d’habillage de corps de voirie et a fait ses preuves sur la centaine de kilomètres intégrée sur ses six premiers mois de disponibilité. Durant cette période, l’application a été utilisée par cinq géomètres et un validateur final. Dans un futur proche, cette solution sera amenée à évoluer pour ajouter le téléchargement d’étendues personnalisées (le territoire étant déjà maillé), les contrôles des plans de récolement ainsi que la possibilité pour l’utilisateur d’éditer et corriger directement son jeu de données dans l’interface cartographique.

 

Organisme : Eau 17
Personne interrogée : Fabien Perouchine, Responsable de la Cellule SIG
www.eau17.fr
Organisme : Sirap
Personne interrogée : Pierre Drouault, Directeur des projets
www.sirap.fr